Accueil  Rechercher  Membres  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Saenia Kite

Starter : Cacnéa ♂
Messages : 5
Pokédollars : 3100

Fiche de dressage
Badges: 0
Niveau du dresseur: 1
Expérience de dressage:
Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Left_bar_bleue5/10Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty_bar_bleue  (5/10)

Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty
MessageSujet: Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime]   Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] EmptySam 28 Aoû 2010 - 2:06

C'était maintenant. Je sentais que je respirais fort et cela m'énervait mais je ne pouvais rien faire pour arranger ça. Cacnéa était sûrement aussi nerveux que moi, mais j'espérais que non, sinon, quel genre d'équipe ferions-nous ? Et voilà que je stressais à nouveau... Première fois que je partais de cette maison qui n'était plus vraiment la mienne. Ah, au moins une chose était sûre, je n'allais pas regretter Galarem, cette ville de fous. Je jetais quelques regards à gauche et à droite, certaines personnes m'observaient avec attention, d'autres gardiens ? Non... Mes parents adoptifs n'auraient tout de même pas été assez fous pour dépenser leurs dernières économies à ce point ? Je soupirais, puis reconnus finalement des amis de mes parents. Ce n'était donc que des regards curieux, ils avaient du apprendre que la fille prodigue quittait le cocon familial. Ça allait encore jaser sur moi et mes oreilles risquaient de siffler pendant longtemps, mais au moins, je serai loin.
Cacnéa avait repris de l'épine du cactus, il faisait plaisir à voir, semblant se pavaner à mes côtes alors que je ne demeurais qu'une ombre furtive – du moins, c'est ce que j'aimais à penser. Je me surpris à sourire en regardant Cac' rouler des mécaniques, puis suivit son regard. Évidemment, il avait une raison pour se montrer autant et je venais de la découvrir : les habitants s'étaient alignés en deux rangs, nous laissant la place pour passer comme si nous défilions pour l'armée. Cette situation était des plus désagréables et je commençais à rougir. Pas question d'être observée ainsi alors que je voulais quitter la ville au plus vite et surtout, sans faire d'esclandre et tout cela semblait être loupé pour le moment. J'ajustais ma cape pour cacher au maximum mon visage puis accélérait le pas progressivement. Seulement, Cac' me lâchait. Il fallait croire qu'il aimait bien la lumière des projecteurs, voilà qu'il saluait la foule comme une célébrité. Je soupirais et revenais sur mes pas sans attendre.


« Cac', s'il te plaît, suis-moi vite !

-Cacnéa ! »

Il n'en faisait qu'à sa tête et c'était tout pour me déplaire... Je mordillais ma lèvre puis sortit ma Pokéball pour le faire rentrer dedans alors qu'il se plaignait à haute voix. Et voilà, maintenant on dirait que je maltraite mes Pokémon. Et voilà, j'en avais déjà assez. Je voulais rentrer chez moi et lire un bon livre au fond de mon lit sans personne pour me déranger. Seulement c'était trop tard, bien évidemment. Alors j'ai commencé à courir. Je crois que je n'avais jamais couru autant, mon professeur d'athlétisme aurait été fier de moi s'il m'avait vu à ce moment-là – d'ailleurs cela avait peut-être été le cas. Quoique... La ville me semblait tout à coup beaucoup plus grande... Je ne devais pas être douée pour la course à pied, enfin, au moins maintenant, les voies étaient dégagées. Je décidai donc de rappeler Cacnéa, je n'avais pas envie de me brouiller avec lui alors que c'était le premier jour de mon long voyage. Et évidemment, il me boudait comme un enfant. Je dus lui parler pendant plusieurs minutes afin de le convaincre de ma bonne foi, puis finalement, je me décidais à lui donner une gourmandise Pokémon. Eh bien si j'avais fait ça dès le début, j'aurais économisé mon temps. Enfin, au moins maintenant il était calmé et plein d'énergie. Tellement qu'il se mit à sauter partout. Je lui demandais de se calmer mais il n'en faisait qu'à sa tête... La couronne qu'il portait sur sa tête en était peut-être pour quelque chose, mais il semblait bien fier. Il se mit à se rouler en boule et à faire ainsi des ronds. Bah, après tout il faisait bien ce qu'il voulait. Je haussai les épaules et continuai ma route dans le calme, enfin, c'est ce que j'aurais souhaité.

« Cacnéa ! Cac ! »


Encore une fois, ce petit avait décidé de faire exactement le contraire de ce que je voulais. Cela ne m'empêchai pas de sourire, il avait une drôle de tête quand il faisait des tours sur lui-même. Il devait vouloir s'entraîner, après tout, c'était une bonne idée, cela lui enlèverait un peu de son stress et peut-être même du mien s'il gardait cet air idiot. S'il voulait un entraînement, il allait donc en avoir un. J'écartais d'une main ma cape et me baissait pour agripper une pierre. Je n'étais pas bien sûre de mon coup, mais après tout, je n'étais qu'une débutante dans l'art de dresser un Pokémon... Je fis signe à Cacnéa et lançait la pierre au dessus de sa tête. Le but était de le faire sauter le plus haut possible. Je savais que la traversée du désert serait très compliquée, alors il valait mieux qu'il soit en pleine forme. Notre vie allait bientôt changer du tout au tout et je ne savais pas si Cac' s'en rendait bien compte. Il sautait encore et encore pour essayer d'attraper les pierres que je lui lançais, parfois avec succès, parfois sans parvenir à même simplement effleurer la roche. Je l'encourageai avec ferveur sans trop hausser la voix pour ne pas attirer les regards indiscrets. Enfin, cet exercice répétitif commençait à me lasser. Je regardais autour de moi et trouvais une petite montagne de sable. Ce devait être des bambins du quartier qui l'avaient faits pour s'amuser et bien ce serait Cacnéa qui la détruirait hahaha. Avant qu'il ne le reconstruise évidemment, nous ne sommes pas des monstres, voyons.
Le petit cactus suivait mes ordres sans rechigner, frappant avec ses poings sur le tas de sable et allant même jusqu'à donner des coups avec sa tête dessus pour le détruire au plus vite. Puis finalement, il se mit à lancer des piques, cela lui permettait de ne pas trop bouger et d'enlever les grains de sable petit à petit. Il fallait bien dire que ce n'était pas vraiment efficace, mais bon, au moins il essayait.
Le Pokémon semblait s'ennuyer de cette tâche lui aussi, alors je lui demandai de le reconstruire. C'était assez drôle de le voir agir avec ses petits bras, alors, le voyant peiner à la place, je me mis à l'aider, du moins, jusqu'à ce que j'entende comme un bruit sourd provenant de derrière le tas de sable. Mais qu'est-ce que...?

Je reculais d'un pas à cause de la surprise : une petite fille pleine de sable était à terre à côté de ce dernier. Bon sang y avait-elle été enfermée ? Qui avait pu faire ça ? Surtout que des liens retenaient chacun de ses mouvements ! Je me dépêchai de les dénouer alors que Cacnéa tournait autour de nous comme un forcené.


« Ça suffit, Cac' ! Ce n'est pas le moment ! »


Ça, c'était ce que je croyais, car devant moi se dressait à présent une bande de morveux armés jusqu'aux dents, leurs lance-pierres pointés sur nous. Je grommelai un instant, avant de détacher la petite rapidement et de la poser derrière moi. J'aurais peut-être dû plus m'en occuper, mais je n'ai jamais réellement été confronté à la douleur de recevoir une pierre en pleine figure et je n'avais pas envie d'en faire l'expérience aujourd'hui. J'ordonnais donc à Cac' de les faire déguerpir. Je pus alors assister à une véritable explosion d'épines en tout genre. Je m'abaissais histoire d'éviter d'en recevoir et protégeais la petite de la même façon, jusqu'à entendre le cri triomphant du jeune cactus. Les gamins avaient tous déguerpi, quel soulagement. Cacnéa semblait très content de lui et alla même jusqu'à donner un grand coup dans le tas de sable pour envoyer de nombreux grains valser. Seulement, juste après il en eut plein les yeux, étant en vent contraire et se mit à courir dans tous les sens en tentant en vint d'éjecter le sable de ses pupilles.
Je ne sais pas si c'était à cause de mes nerfs qui lâchaient ou parce que la situation était particulièrement cocasse, mais cela me fit beaucoup rire.

C'est donc avec un grand sourire que je me retournais vers la petite fille qui avait l'air totalement déboussolée. La pauvre n'avait pas l'air bien âgée et pourtant elle avait déjà subi les stigmates du temps. J'espérais au moins ne pas la connaître, ou plutôt qu'elle ne me connaisse pas. Cela pourrait alors être une des plus sympathiques rencontres de ma vie.


« Bonjour, je me nomme Saenia. J'espère que tu vas bien maintenant. »


J'avais parlé avec une voix douce, que je n'utilisais que très rarement. Après tout, je pourrais être sa sœur, elle avait l'air pauvre, mais je ne savais même pas qui j'étais réellement. Je lui fis un sourire bienveillant avant que Cacnéa ne me rejoigne pour se présenter à son tour.


[Bonjour ! Serait-il possible que mon Cacnéa gagne de l'expérience grâce à ce RP ? Merci !
Je précise par ailleurs que j'ai posté après la T-card, j'avais oublié ce détail ^^']

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofpokemon.forumactif.com/trainer-card-f11/saenia-kit

Maître du Jeu

Starter : ******
Messages : 440
Pokédollars : 2200

Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty
MessageSujet: Re: Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime]   Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] EmptySam 28 Aoû 2010 - 22:51

- Modération -

Oui, c'est possible. On appelle ça un "entrainement". Sinon, maintenant que tu as posté ta T-card, tu peux aussi en mettre le lien dans ton profil ! Wink

Cacnea gagne 10 XP > Il monte au niveau 6 [5/8] > 10 points à répartir
Saenia Kite remporte 5 XP dresseur [5/10]

- LS Dee -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kizutsuku M. Hime

Starter : Wailmer Mâle
Messages : 10
Pokédollars : 3100

Fiche de dressage
Badges: 0
Niveau du dresseur: 1
Expérience de dressage:
Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Left_bar_bleue0/10Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty_bar_bleue  (0/10)

Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty
MessageSujet: Re: Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime]   Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] EmptyLun 30 Aoû 2010 - 7:36

        ~~<3~~ Un jour comme tous les autres...Ou peut être pas.






    "Hime...Je sais que ce départ t'attriste mais...Tu ne dis même pas au revoir à Lili? Tu vas surrement lui manquer tu sais..."


    Hime...? C'est moi ça, Hime? Ah Oui, c'est vrai...
    Je me retournai, Madame Takano se tenait droite devant moi, les yeux baignaient de larmes. Je crois qu'elle était triste de notre départ...Je crois qu'elle voudrait que je lui dise au revoir. Es-ce que je suis obligée de faire ce que je n'ai pas envie de faire papa?Madame Takano est vraiment une très gentille dame mais...Je ne veux pas lui dire au revoir. Je suis triste papa, vraiment très triste. Je crois qu'elle me prend pour sa petite fille, tu sais? Sa petite fille "Yumi". Je t'avais déjà racontée son histoire...Elle est morte à mon âge. Dis...Cela fait quoi d'être mort? Cela doit être bien...Madame takano n'arrete pas de dire que lorsque notre âme s'envole au Paradis, nous ne souffrons plus, nous sommes heureux. Quand es-ce que moi aussi je viendrais avec toi au Paradis? Es-ce que c'est beau? Ne me gronde pas s'il te plais! Je sais que je n'arrete pas de te poser cette question, tu n'aimes pas que j'insiste...Elle non plus d'ailleurs. j'ai déjà une maman, c'est toi qui me l'avais dit...Je ne peux pas aimer cette dame comme une maman même si elle m'aime beaucoup et que je l'aime beaucoup aussi. Je ne voudrais pas faire de la peine à ma vrai maman, tu comprends n'es-ce pas? Cependant...Quand je regarde les grands yeux bleus plein de larmes de cette femme, je ne peux m'empêcher d'avoir très très mal au fond de mon coeur, un peu comme si quelqu'un me gribouillait de dedans. Cette fois ci, elle se met à pleurer pour de bon. Pourquoi est-ce qu'elle est si triste que je parte? Je ne suis pas sa vrai fille et même si elle s'est occupée de moi quelques mois, elle n'a pas pu s'attacher autant, si? Elle me manquera beaucoup à moi aussi, tu sais? Elle fût la seule femme assez gentille et généreuse pour nous aider moi et Lium, la seule qui n'a pas eut peur de nous. Si elle n'avait pas été là, je pense que nous serions tous les deux avec toi papa. Pourtant, j'aimerais vraiment te revoir...Je ne sais pas si je dois être contente de connaitre cette dame ou bien si je dois la detester de nous avoir sauver la vie. Aujourd'hui est le grand jour, mais tu le sais déjà non? J'ai décidée de faire comme toi Papa! Je veux devenir dresseuse pokémon! Même si certains d'entre eux me font peurs...Et même si je les deteste, eux, les chiens méchants. Je veux faire comme toi, toute seule avec Lium. il a bien grandit maintenant, ce n'est plus un petit baleineaux, il sera assez fort pour me protéger j'en suis sûre! Et au pire, c'est moi qui le protégerais mais nous y arriverons. Je voudrais voyager pour pouvoir voir toutes les fleurs du monde! Pour aller voir maman au cimetière aussi, là ou la terre vole, comme tu me l'avais dis...Et voir ou vous êtes nés tous les deux. Vous me manquez mais je ne dois pas pleurer, je dois rester forte devant ceux que j'aime pour ne pas qu'ils s'inquietes, j'ai appris à faire comme ça avec toi. J'avançai vers Madame Takano, le coeur lourd et les mains tremblantes. Je ne dois pas pleurer, c'est interdit. Je ne sais pas comment cela se fait mais mes bras se déplacent tous seuls pour venir l'enlasser. Je pensais qu'elle serait contente mais elle pleure encore un peu plus, finalement je n'aurais peut être pas dû...Mais, elle a étée si gentille avec nous, elle nous a même achetée ce qu'il faut pour le voyage et elle m'a donnée des sous, plein de sous, je n'en manquerais sans doute pas. Nous lui devons beaucoup...S'il te plais Papa, Oh s'il te plait, protége la bien, j'aimerais vraiment qu'elle soit heureuse. Doucement, je me séparai de cette gentille dame qui m'avait tant donnée, je devais aller dire au revoir une dernière fois à Lili, je n'aurais peut être plus jamais l'occasion de la voir, j'espère vraiment que Dame Takana prendra bien soin d'elle, je lui fais confiance mais il est dur de bien s'occuper d'une si jolie fleur.


    "Au revoir Lili, prend bien soin de toi et s'il te plait, laisse madame Takana s'occuper de toi, tu sais les fleurs comme toi son rare ici...Je voudrais te revoir quand tu seras grande et que tu auras fait plein de bébé fleurs. A bientôt."


    Doucement, je déposai mes lèvres sur ses magnifiques pétales beiges orangées. Lili était vraiment une fleur très rare, il n'y en avait pas d'autre comme elle à Galarem, je voulais aussi parcourir le monde pour lui ramener des amis, aucune autre fleur d'ici n'avait réussit à tenir le coup assez longtemps pour discuter, elles mouraient toutes si étrangement vite...Dame Takana m'avait achetée Lili à un vieu marchand originaire d'ailleurs, elle l'avait suppliée de lui donner et me l'avait achetée même s'il n'arretait pas de lui dire que cette fleur n'était pas faite pour le desert et qu'elle mourait dans un mois tout au plus. Cela faisait déjà cinq mois que Lili poussait dans la serre de notre grande maison. Lili est une Lilium Lancifolium, une fleur de lys, orangée, beige à petits points rouge. Sa tige mesure 90 centimètres, ses feuilles 7 centimètres de long et 2 de larges, je l'ai mesurée ce matin, elle est en parfaite santée. Les fleurs de Lys sont mes fleurs préférées, des fleurs royales, maman m'avait appellée grâce à ces fleurs...Je les aimais beaucoup parce qu'elles la reflettaient. Finalement, je décidai d'embrasser la dame qui m'avait élevée pendant cinq mois également, essuyant ses larmes avant de partir. je ne sais pas si elle était choquée, elle ne parlait plus, ouvrait grand les yeux et ne pleurait plus...J'avais vu un léger sourire se dessiner sur son visage en refermant la porte d'entrée derrière moi, elle savait maintenant que je reviendrais. Galarem est une ville assez moche, sans aucune fleur, végétations. Il n'y avait que du sable, des gens méchants et une chaleur étouffante. Je suis née en hiver, je n'aime pas l'été et la chaleur mais ici, il fait toujours chaud, c'est aussi l'une des raisons de mon départ. je ne sors jamais de la maison, chaque fois que je sors, les enfants viennent m'embetter. je crois qu'ici non plus on aime pas beaucoup les étrangers Papa...Mais, si personne ne veut de moi nulle par, ou puis-je aller? Je ne connais pas la ville ou je ne serais pas une étrangère...
    Les autres parents disuadent leurs enfants de jouer avec moi, ils disent que je fais peur. Je crois que c'est parce que je ne souris jamais et aussi à cause de ces deux cigatrices...Les gens doivent se demander d'ou elles viennent. Madame Takana voulait m'enmener voir un docteur de la peau, elle disait qu'il pouvait remettre mon visage comme avant, sans elles. Mais...Je n'ai pas voulue, elles sont une sorte de souvenir, un souvenir de toi. Dehors, les personnes me contournes, mes yeux sont vides d'expressions, parfois j'ai l'impression d'avancer sans but réelle...Je me demande des fois ou je vais et pourquoi, ou est-ce que je dois aller...Mais je ne trouve jamais la réponse. Alors que j'avançais tranquillement, seule, calme, dans les rues de la ville, trainant mes jolis souliers dans le sable chaud de mère nature, j'entendis un groupe d'enfant m'interpeller au loin. Sans faire plus attention que cela à eux, je continuai ma route. je n'avais pas envie d'entendre quelqu'un se moquer de moi aujourd'hui, j'étais triste de partir, je ne voulais plus de mauvais souvenirs...


    "Hey, toi! Hey, le monstre! On te parle! Tu réponds oui?!"


    Moi? Le monstre...? Moi...Pourquoi ce garçon me traitait-il de monstre? Lui ais-je fait quelque chose de méchant? Il n'y a que les méchants qui sont des monstres alors pourquoi? Je continuai d'avancer sans m'en préocupée, semblant étrangement choquée par cette vilaine remarque, mais, les enfants n'en firent pas autant. Il était en bande, une bande de trois garçons et d'une fille, une jolie fille aux cheveux blonds. Je crois qu'elle avait le même age que moi et les garçons eux, qu'ils étaient un peu plus grands, onze ans? Peut être. Sans m'en rendre compte, je tribuchai contre un pied posé intentionnellement devant mes jambes trainantes et tombai violement au sol. Cela fait mal, très mal! Mais je ne dis rien et ne fait rien, je me relève simplement. Papa, tu m'as toujours appris que la violence ne résout rien, je préfère m'enfuir...Encore et encore pour continuer de vivre comme tu le voulais. Je ne veux pas me battre contre eux, pourtant j'ai peur des grands garçons, ils ont l'air si en colère contre moi...Qu'est-ce que j'ai fais? Ils disent que je suis moche, qu'ils ne m'aiment pas...Même la petite fille se moque de moi. Je m'en fiche, je continue d'avancer...J'ai l'habitude qu'on se moque de moi, cela fait toujours un peu mal mais avec le temps mon coeur s'habitut à ça. Mon corps néanmois, ne s'habitut toujours pas aux coups. On me remit à terre puis me ligota les mains et les pieds avant de me porter. Je ne bougai toujours pas, je n'en vois pas l'utilité. Je ne risque rien avec des enfants de mon age nan? Takana me disait toujours que les enfants peuvent être plus cruels que les adultes...Je ne la croyais pas, est-ce que c'est vrai, papa? Mes yeux se fermèrent, je ne voulais pas voir la suite, je n'en avais pas le coeur. Je sentais du sable carresser ma peau, c'était chaud, j'aimais bien cette chaleur, j'vais l'impression d'être aidée...Même si au final, on m'enterrait vivant dans le sol de cette ville. Peu à peu mon corps fût couvert de sable, ma respiration se coupa lorsqu'il atteint mon visage, j'étais enfermée seule dans le noir, j'entendais encore les enfants rigoler. Pourquoi riaient ils? Torturer quelqu'un n'a rien de drôle. J'attendis...je ne sais pas ce que j'attendais mais je l'attendais...Un bruit sourd, de pas? Quelqu'un touchait à ma tombe, c'est comme ça qu'on appelle un trou ou on enferme un mort non? Je crois. Soudainement, après quelques minutes, je me retrouvai hors du sable, mon bras droit s'égratignant contre le sol. Mal, cela fait encore mal mais je pouvais enfin respirer. Alors que je toussotais pour me débarasser du sable qui s'était enfermé dans ma bouche et mon nez, je me sentis surélevée. Quelqu'un m'aidait...Bizarre, les gens ne bougaient jamais normalement. Mes jambes et mes mains furent vite libérée, les enfants repartièrent en courant, je pouvais entendre le son de leur voix hurler qu'un pokémon était devenu fou. Un Pokémon? J'ouvris délicatement les yeux, il y avait bien quelqu'un de gentil dans cette ville qui m'avait aidée. Une femme qui rit, elle est jolie, j'aime beaucoup son rire...Il est rassurant. Mes yeux se clos, je me souviens alors de la couleur de ses cheveux, ils sont violets ou plutôt pourpre je crois. Son visage me parrait froid...Pourtant...


    « Bonjour, je me nomme Saenia. J'espère que tu vas bien maintenant. »


    Saenia. Comme c'est joli, on dirait le nom d'une fleur. Finalement, elle avait l'air très gentille cette Dame. Sa douce voix venait de réchauffer mon coeur, mes yeux étaient émerveillés...On m'avait aidée, quelqu'un s'interessait à moi. Une autre personne nous rejoint alors: Un pokémon. Un Pokémon en forme de cactus! Sauf qu'il était orange, comme Lili! Un large sourire s'afficha sur mon triste visage, un pokémon plante! Je rêvais tant d'en voir un. D'un geste doux et délicate, je m'éloignai de Saenia, la gentille dame qui m'avait sauvée pour m'approchée de son pokémon. Saenia était elle une dresseuse elle aussi? une fois debout, je me mis à tourner autour du cactus malade, il devait avoir mal au ventre pour être tout retourné et avoir viré au orange, le pauvre, il lui fallait de l'aide à lui aussi. Plongeant une main dans mon sac à dos en forme de lapin blanc, j'en sortis mon stéthoscope en plastique et le posa contre le pokémon, attendant, écoutant, l'air grave. Son coeur ne battait pas! Il allait bientôt mourir! Une énorme tristesse s'empara de mon regard et aussitôt je sautai au cou de Saenia.


    « Ta fleur est malade...Son coeur ne bat pas, elle est devenue orange. je crois...Je crois qu'elle va mourir...Désolé... »






Dernière édition par Kizutsuku M. Hime le Lun 6 Sep 2010 - 16:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Saenia Kite

Starter : Cacnéa ♂
Messages : 5
Pokédollars : 3100

Fiche de dressage
Badges: 0
Niveau du dresseur: 1
Expérience de dressage:
Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Left_bar_bleue5/10Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty_bar_bleue  (5/10)

Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty
MessageSujet: Re: Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime]   Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] EmptyJeu 2 Sep 2010 - 1:14

À peine avais-je décidé de partir que je vivais une aventure, ça alors, ce genre de choses ne m'était jamais arrivé et il fallait que ça se passe aujourd'hui... Cette petite allait sûrement me retenir quelque temps mais ce n'était pas tant une mauvaise chose, après tout je n'allais pas la laisser seule alors qu'elle venait de se faire enterrer vivante dans le sable.
Mais d'ailleurs.... Je levais les yeux pour observer les alentours, pourquoi ma garde n'avait-elle pas agis ? Il faudra que je rapporte cela à Père. Ah, non. C'est vrai, c'est trop tard à présent pour ce genre de choses. Je soupirais alors que la petite s'approchait de Cac'. Le cactus, intimidé mais heureux d'avoir été utile aurait bien aimé serrer la main de la jeune inconnue, si jamais il n'avait pas été si dangereux, on ne choisit pas comment l'on naît... Ni où d'ailleurs, mais on pourrait au moins le savoir plutôt que de s'apercevoir que son acte de naissance est une malfaçon, non ? Enfin, je n'arrêtais pas de m'apitoyer sur mon sort alors que la petite fille en face de moi n'était pas bien vaillante. Elle semblait être réellement fascinée par mon Cacnéa et l'adjectif possessif n'était là uniquement parce qu'il était censé sagement m'obéir. Heureusement Cac' n'est pas un de ces robots sans âme, c'est un électron libre qui m'amuse plus qu'il ne m'agace, ça ne durerait peut-être pas, mais pour le moment, c'est comme cela que je l'aime mon petit Cac'. C'est peut-être aussi pour ça que je n'ai pas trop apprécié la remarque de la petite. Comment pouvait-il être malade ? Et puis ce n'était pas vraiment une fleur, mais ça elle ne devait pas le savoir... Je me baissais pour regarder Cacnéa (Oui je suis du genre crédule, il faut dire que d'habitude on ne me raconte pas n'importe quoi), mais il n'avait rien de particulier, au contraire il semblait être en pleine forme. Un regard sur la petite fille qui venait de sortir un stéthoscope en plastique me suffit à comprendre que ceci n'était qu'un jeu. Je soupirais pour moi-même, pourquoi je croyais tout ce que l'on me disait ? Il ne fallait pas que j'oublie que la plupart des gens sont des menteurs, hors de la maison de mes parents du moins. Enfin, toujours est-il que maintenant, il fallait expliquer à cet enfant que d'une part Cacnéa n'allait pas mourir, et que, d'autre part, sa couleur rouge était naturelle et ne l'empêchait pas de vivre normalement. Pas facile... Je n'avais jamais été réellement confronté à d'autres enfants, à part pour faire bien en société et il faut dire qu'à ces moments-là, je ne faisais pas attention aux petits êtres vivants devant moi. Enfin, mon jeune Pokémon semblait beaucoup plus à l'aise que moi, il semblait avoir compris le jeu de la petite et s'était écroulé de tout son long par terre. Mauvaise idée à mon avis, si cette farce semblait trop réelle, la fille risquait de ne pas s'en remettre...
Je soupirais en me relevant, constatant ainsi que cette fille n'était vraiment qu'une enfant. Que faisait-elle seule ? Je regardais encore autour de moi. Personne évidemment... Ah, quoique, je venais de repérer un des membres de ma garde, il ne valait mieux pas qu'ils se méprennent sur la personne et dans le même temps, si je les appelais maintenant, je risquais plus d'effrayer cette enfant plutôt que de la protéger. Je savais donc ce qu'il me restait à faire. J'entrouvris ma cape et sortis mes bras pour les tendre vers le ciel, puis formai une croix avec ceux-ci, c'était un signe pour leur demander de ne pas agir et de rester à leurs places. Je restai dans cette position assez longtemps pour être visible, ils sont un peu long à la détente alors mieux valait que ce soit clair... Je refermais ensuite ma cape et jetais un œil à... À cette jeune fille dont je n'avais pas le plaisir de connaître ne serait-ce que le prénom...


« Comment t'appelles-tu ? »


Après tout, elle ne semblait pas disposée à me donner si facilement un patronyme alors je préférais le demander. Toujours demander lorsque l'on cherche quelque chose, au moins ça installe la conversation. Sauf qu'ici évidemment, elle l'avait déjà lancée, cela concernait la santé de mon Cacnéa qui était rouge sang plutôt que vert pomme, comme un ce qu'on pourrait qualifier de « véritable » cactus. Je me penchais alors pour l'examiner, le regardant fixement dans les yeux.

« Relève-toi. Tu n'es pas malade. »

Je ne sais pas s'il me comprend, je ne le savais pas à ce moment-là, mais il sauta sur ses deux pieds avec cet air fier qui n'appartenait qu'à lui. Je souris et parla d'une façon bien plus amicale à mon autre interlocutrice :

« Tu vois, Cacnéa est rouge de naissance, ou du moins depuis que je le connais. Il n'est pas malade et n'est pas non plus en danger de mort, il est juste un peu différent. »


J'espérais l'avoir rassurée avec ces quelques paroles, parce que maintenant que je lui avais dit la vérité je me voyais mal inventer un mensonge qui puisse paraître aussi vrai. Mais ce n'était pas le plus important. J'aurais bien aimé en savoir plus sur elle : qui elle était et que faisait-elle seule dehors ? J'avais bien envie d'aller voir ses parents juste pour me servir de mon nom et mon visage en les réprimandant. C'est idiot, je me considère comme une simple adolescente, bientôt adulte, mais les habitants de Galarem ont tendance à boire mes paroles comme si elles étaient celles d'un nouveau prophète. C'est flatteur mais parfois lassant, on souhaiterait discuter et voilà que tout ce que l'on dit se transforme en ordre pour leurs oreilles. Si je n'avais pas été adoptée j'aurais peut-être été considérée comme une mauvaise fréquentation. Les choses peuvent énormément changer lorsque l'on a un nom différent...
Et plus j'y pensais, plus j'avais envie de continuer mon périple seul en imaginant des centaines de fois ce qu'aurait pu être ma vie, ce qu'aurait dû être ma vie. Cela me hantait presque tellement j'y pensais, une partie de mon cerveau devait être entièrement dédiée à cette tâche. Seulement, je ne pouvais pas partir maintenant en laissant cette petite en plan, elle semblait débrouillarde puisqu'elle n'avait pas peur de moi ni de mon Pokémon alors que même si nous l'avions en quelque sorte sauvée, cela ne voulait pas dire que nous étions des personnes dignes de confiance...


« Où habites-tu ? Y-a-t-il un endroit où tu serais en sécurité ? Je peux t'accompagner si tu le souhaites. »


C'est vrai, quitte à perdre son temps, autant le perdre bien. Le soleil était encore haut dans le ciel et la journée serait assurément assez longue pour que je réussisse cette mission puis celle plus personnelle que je m'étais jurée d'accomplir : quitter cette ville et partir à l'aventure, à la recherche de ma vraie identité. Ce n'était ni un véritable plaisir, ni une passion qui avait mûri en moi, non. J'utilisais simplement Cacnéa comme excuse, je pourrais très bien devenir une dresseuse Pokémon, voire une éleveuse, tout ce qui comptait c'était que je puisse voir du pays et apprendre un maximum de choses, ce genre de chose que l'on apprend pas dans les livres ou en restant chez toi. Des choses à vivre. Je voulais vivre autrement que derrière ce nom et ce visage si familiers pour certains, je rêvais d'être considérée comme une étrangère. J'aimais beaucoup le regard que m'accordait cette petite, sûrement aussi pour cela : elle ne semblait pas savoir qui j'étais et cela me rendait plus joyeuse qu'on aurait pu l'imaginer. J'esquissai un léger sourire en attendant sa réponse. J'espérais secrètement qu'elle n'habite pas très loin pour ne pas perdre de temps, mais une autre partie de moi aimerait bien la revoir, c'était certain et je ne pouvais pas vraiment expliquer pourquoi... Probablement car elle semblait libre, et que c'était une des premières personnes à ne pas s'être courbée devant moi, par une espèce de faux protocole dont je ne devrais pas bénéficier... Oui. Je l'aimais bien cette petite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofpokemon.forumactif.com/trainer-card-f11/saenia-kit

Kizutsuku M. Hime

Starter : Wailmer Mâle
Messages : 10
Pokédollars : 3100

Fiche de dressage
Badges: 0
Niveau du dresseur: 1
Expérience de dressage:
Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Left_bar_bleue0/10Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty_bar_bleue  (0/10)

Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty
MessageSujet: Re: Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime]   Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] EmptyLun 6 Sep 2010 - 18:37

        ~~<3~~ Un jour comme tous les autres...Ou peut être pas.









    Je suis triste papa, affreusement triste. Pourquoi est ce que tout ce que j'aime disparait sans cesse? Cette pauvre fleur n'avait sans doute rien fait pour mériter cela, elle a l'air gentille, pourquoi doit elle mourir? Je n'aime vraiment pas la mort, je ne l'aime pas parce qu'elle m'enlève tout ce à quoi je tiens, elle est égoïste. Je crois...Je crois qu'elle doit être triste elle aussi, cela ne doit pas être amusant de tuer de pauvres êtres sans raison et tout le temps, elle doit être seule, elle me fait mal au coeur. Pourtant, je la deteste papa, parce qu'elle t'a enlevée à moi. Saenia vérifia si je ne mentais pas, elle posa les yeux sur son pokémon fleur puis soupira...Cela me fait de la peine, je crois qu'elle ne me croit pas. Son ami va mourir et elle ne s'en rend même pas compte, j'ai de la peine pour elle. Cela se voit que quelque chose ne va pas chez lui, il est tout orange...Les Cactus ne sont pas sencés être orange, ils sont vert normalement et celui là n'a plus de coeur qui bat, il est vraiment en danger mais elle ne me croit pas. Déçue, je m'éloigne d'elle, déposant une dernière fois mon regard sur la pauvre fleur malade, elle vient de tomber au sol que puis-je faire pour l'aider? La panique s'empare de mon corps, je ne peux plus bouger, mes muscles tremblent tous seuls, que vais-je faire? Je ne peux quand même pas rester là sans rien faire...Si? Les larmes me montent aux yeux, je me retourne soudainement vers Saenia pour tenter une dernière fois de la convaincre mais elle parrait occupée à autre chose, qu'est ce qu'elle fait, danse t'elle? La jolie dame resta quelques secondes dans cette même position, debout, les bras croisés en l'air. C'est assez bizarre comme comportement, je me demande si elle va bien elle aussi, je crois qu'elle a perdue l'esprit. Lorsqu'elle retrouva sa tête, elle me demanda comment je m'appelle...Dois-je dire mon nom papa? Même si elle a l'air gentille, cette dame est tout de même un peu bizarre...Je n'ai pas vraiment confiance en elle. En attendant que je lui réponde, Saenia repartit près de son pokémon, je pensais qu'elle allait enfin le soigner mais à la place, elle lui cria dessus. Elle n'avait pas réellement criée mais son ton était si froid, je n'étais pas très rassurée...Je ne sais pas si c'est la peur qui eut cet effet sur lui mais le petit Cactus retrouva toute sa forme, se redressant fierement sur ses pieds. Finalement, il n'était peut être pas si malade que cela...


    " Tu vois, Cacnéa est rouge de naissance, ou du moins depuis que je le connais. Il n'est pas malade et n'est pas non plus en danger de mort, il est juste un peu différent."


    Oh...C'était donc cela? Il n'était pas malade, il était juste différent...Comme Lium enfaite. Mon air grave disparu pour laisser place à l'étonnement, je restais fixée sur le petit Cactus, Cacnéa puisque c'était son nom, un joli nom qui lui allait très bien. Je fûs soulagée, l'idée de voir une autre personne mourir devant moi m'était tellement insuportable, je suis vraiment contente pour cette fleur mais aussi pour sa maitresse. Finalement, je crois ne plus avoir peur de cette dame, je l'aime bien, elle est gentille et pas si cruelle que je le pensais. Je sais qu'on ne doit pas faire confiance aux inconnus mais je pense que je peux lui faire confiance à elle. Après tout, elle et moi avons une chose en commun, nous avons toutes les deux un ami un peu différent des autres et puis...Elle ne m'a rien fait, elle m'a aidée et ne m'a pas traitée de monstre malgrès ma peine et mes cicatrices.


    « Où habites-tu ? Y-a-t-il un endroit où tu serais en sécurité ? Je peux t'accompagner si tu le souhaites. »


    J'écoutai ses mots avec profondeur comme s'il sagissait d'une langue inconnue dont je ne comprenais rien. Elle veux encore m'aider, je suis si choquée, je n'arrive plus à bouger, je crois que cela fait trop d'émotions pour une petite fille comme moi. J'y réflèchis un instant, je n'ai pas de maison bien à moi mais je sais que si je retourne chez madame Takana je serais en sécurité, j'en ai envie mais...Je me suis promise de ne pas abandonner en cours de route, papa je veux vraiment devenir comme toi! Je n'ai pas le droit d'avoir peur même si je sais qu'il y aura toujours des gens pour être méchants avec moi. Je veux continuer ma route même si c'est dur...Comment pourrais-je le lui dire...Que je refuse son aide? Je ne veux pas la blesser, elle est la seule personne à m'avoir aidée avec madame Takana...Je l'aime vraiment bien. Elle n'arrete pas de sourire, tu crois qu'elle m'aime bien aussi papa? C'est ce que j'aimerais, ainsi nous pourrions peut être devenir amies. je sais que Saenia est une grande personne et que les grandes personnes ne veullent pas souvent être encombrées par des enfants mais madame Takana me disait souvent qu'une grande personne au coeur généreux ne serait pas dérangée par une petite fille comme moi, je ne sais pas pourquoi elle me disait cela mais c'est peut être vrai, j'aimerais bien la croire. Sans m'en rendre compte, j'avais entrée mon index dans ma bouche et le mordillais, mon esprit dans la lune. Je dois répondre à deux questions, c'est beaucoup, je n'ai pas l'habitude de parler. Je pris cependant mon courage à deux mains, levant les yeux vers elle, le coeur battant et le visage rougissant, je n'aime pas rougir, c'est embetant.


    « Je...Je....Je m'appelle Hime, Kizutsuku Muzai Hime. J'ai bien un endroit plein de sécurité ou aller...Chez madame Takana. Mais....Je ne peux pas y retourner...Parce que...Parce que je veux devenir dresseuse pokémon...J'ai déjà un pokémon, il s'appelle Lium...Il n'est pas normal lui non plus, comme Cacnéa...»


    J'attrapai la pokéball de Lium de mon sac à dos et la laissai m'échapper des mains afin d'en faire sortir sa majesté la baleine violette: Wailmer. Un bruit sourd retentit lorsqu'il toucha le sol...Je souris.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty
MessageSujet: Re: Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime]   Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le jour du grand départ [PV Kizutsuku M. Hime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ile de l'Ouest :: Galarem :: La ville-
Sauter vers: